Contenu

Le PPRi prévoit-il les travaux d’entretien du cours d’eau à réaliser pour limiter les crues ?

 

Les populations appellent fréquemment les pouvoirs publics à engager des travaux d’aménagements et d’entretien des cours d’eau afin de limiter les phénomènes de débordement et de surverse des digues lors des crues. La mise en œuvre de cette politique ne dépend pas directement du PPRi, dont l’objet principal est la maîtrise de l’urbanisation. La définition des mesures et travaux d’aménagement et d’entretien des cours d’eau est de la compétence de leur gestionnaire, à savoir les collectivités et les propriétaires riverains. Cette définition doit relever d’une étude globale d’aménagement du bassin versant, étude prospective qui est menée par les collectivités dans le cadre d’un programme de travaux. Le PPRi traduit quant à lui la situation du risque existante, et n’a pas pour objet de mener une étude de ce type.

Sur le fond, on peut rappeler que l’entretien courant des cours d’eau, notamment de la végétation des rivières, est indispensable. Il permet, lorsqu’il est bien conduit, de lutter efficacement contre les crues fréquentes et même d’éviter des sur-inondations ponctuelles lors des crues plus rares. De même, les extractions de graviers peuvent ponctuellement limiter les débordements lors de crues fréquentes.

En revanche, l’impact des travaux d’entretien sur une crue centennale est délicat à évaluer : lors de la crue, des dépôts se créent très rapidement alors que d’autres sont évacués tout aussi rapidement. De plus, la diminution de la charge solide de la rivière peut avoir des conséquences négatives en cas de crues (accentuation des phénomènes d’érosion latérale, moindre dissipation d’énergie entraînant une propagation plus rapide de l’onde de crues et donc une augmentation des hauteurs atteintes à l’aval, etc.). La gestion même des embâcles peut avoir des effets positifs ou négatifs sur les inondations, et il est nécessaire de l’établir à l’échelle du bassin versant.