Contenu

Responsabiliser les automobilistes : une volonté affichée de Bernard Gonzalez, Préfet de Vaucluse

 


La sécurité sur la route est l’une de mes priorités. Trop de morts, trop de paralysés, trop de vies brisées par une faute d’inattention, un téléphone qu’on regarde en conduisant, un refus de priorité, une vitesse inadaptée ; toutes formes d’erreurs qu’on pense minimes jusqu’au drame.

Malheureusement, devant ce constat, connu de tous, qui devrait amener tout usager de la route à adopter une conduite raisonnée, force est de constater que le moyen le plus efficace d’encourager les conducteurs à la prudence reste encore et toujours « la peur du gendarme ».

C’est pourquoi, tout en développant les actions de prévention, j’ai donné instruction à la police et à la gendarmerie de multiplier les contrôles, de jour comme de nuit, dans les centres urbains comme dans les zones rurales, en semaine comme le week-end, été comme hiver.

41 personnes ont trouvé la mort sur les routes de Vaucluse en 2016. C’est 14 de plus qu’en 2015. Mais c’est 9 de moins qu’en 2014, soit une diminution de 18 %. Il faut rester humble devant ces chiffres, et garder à l’esprit qu’il suffit de si peu de choses pour qu’une vie soit happée. Néanmoins, je suis heureux de chaque petite victoire dans ce combat quotidien contre l’insécurité routière que mènent les agents de l’Etat, les bénévoles, les associations, les collectivités territoriales, et tous les médias, entreprises et citoyens qui relaient nos actions sur les ondes, dans leurs lieux de travail, auprès de leurs proches, et que je veux remercier ici.

Comme je l’avais annoncé, des contrôles d’automobilistes se sont multipliés dans tout le département lors de la nuit de la Saint Sylvestre. J’ai d’ailleurs participé au premier contrôle, à caractère préventif, aux côtés des policiers en centre-ville d’Avignon. Ces opérations de contrôles avaient pour but de convaincre les automobilistes de leur responsabilité au volant, car trop souvent on constate des conduites dangereuses, des personnes qui s’affranchissent du code de la route : les réflexes de bonne conduite s’oublient et on se permet alors souvent une vitesse trop élevée, non-adaptée aux conditions de circulation ou à l’état de la route.

Notre cap pour 2017 est fixé : nos priorités sont les deux-roues motorisées ( 8 tués en 2016 contre 2 en 2015) et les seniors avec une augmentation de 66,7 % de tués par rapport à 2015. Mais surtout, on ne le rappellera jamais assez, faire prendre conscience aux conducteurs qu’ils sont dangereux d’abord pour eux-même. En 2016, dans 7 cas sur 10, la personne qui a été tuée était l’unique responsable de l’accident qui lui a coûté la vie, les causes majeures étant une vitesse inadaptée, un non-respect des règles de priorité ou un abus d’alcool.


Bernard GONZALEZ
Préfet de Vaucluse