Contenu

La vipère d’Orsini

 

La biodiversité est constituée de l’ensemble des richesses végétales et animales ainsi que de leurs habitats naturels.

— Quelles sont les causes principales de la perte de biodiversité ? - la destruction et la fragmentation des habitats naturels, la pollution, la surexploitation des ressources naturelles ou encore la modification du climat.

— Comment concilier la biodiversité et les activités humaines ? - en s’appuyant notamment sur Natura 2000, un réseau européen de sites naturels, dans une logique de développement durable.

Le réseau Natura 2000 s ’appuie sur deux directives européennes, la directive Habitats et la directive Oiseaux qui ont pour objectif de préserver les richesses biologiques, tant les espèces que leurs habitats.


En France, avec plus de 1700 sites, Natura 2000 couvre 6,8 millions d’hectares : plus de 12 % du territoire terrestre !

Le Vaucluse abrite à lui seul 14 sites Natura 2000 d’une grande diversité, représentant une surface de 63 000 hectares :
des sites de rivières tels que l’Aygues, l’Ouvèze, le Calavon, la Durance et le Rhône. Ils abritent des poissons d’intérêt européen tels que le toxostome ou le barbeau méridional. Ils concernent également des invertébrés tels que l’écrevisse à pattes blanches, et des reptiles tels que la cistude d’Europe (tortue).
des sites de massifs comme le Mont-Ventoux, le Massif du Luberon, les Monts de Vaucluse. Ils abritent des rapaces remarquables tels que l’Aigle de Bonelli et le Vautour percnoptère, ou encore la vipère d’Orsini, espèce emblématique des pelouses sommitales du Géant de Vaucluse.
des sites atypiques tels que les Gorges de la Nesque, les Ocres de Roussillon ou le réseau des Sorgues, qui prend sa source dans la plus grande résurgence d’Europe à Fontaine de Vaucluse.

Le réseau français des sites Natura 2000 est fondé sur la concertation et l’appropriation de la démarche par les collectivités et autres acteurs du territoire : représentants du monde agricole, forestier, associatif, professionnel… Tous ces acteurs sont représentés au sein de comités de pilotage propres à chaque site Natura 2000.

Voir sur le site de la DDT 84 la cartographie des sites vauclusiens.

 

Un exemple réussi de développement durable grâce à Natura 2000 :

Au Mont-Ventoux, des contrats Natura 2000 ont été passés avec les collectivités locales et l’Office national des forêts. Ils visent à rouvrir le milieu forestier qui s’était refermé sur des espaces enherbés, jadis entretenus par le pastoralisme.

Ces espaces abritent par exemple la vipère d’Orsini, espèce d’intérêt communautaire et espèce protégée. Les espaces ainsi rouverts seront entretenus par les troupeaux de moutons, grâce à des conventions avec les bergers du secteur : cela montre que l’objectif de biodiversité bénéficie également à l’activité du monde rural, en l’occurrence le pastoralisme.


Une telle complémentarité entre les intérêts écologiques et socio-économiques est l’objectif recherché dans chacun des sites Natura 2000.