Contenu

Mobilisations du 23 novembre 2018 en Vaucluse : Point de situation n°1 à 7h00

 

Ce vendredi 23 novembre 2018, les manifestations organisées en Vaucluse depuis samedi continuent d’entraîner des difficultés de circulation aux abords des principales villes. A 7h30, des points demeurent impactés en raison de la présence de manifestants aux abords des voies.

 

Ce vendredi 23 novembre 2018, les manifestations organisées en Vaucluse depuis samedi continuent d’entraîner des difficultés de circulation aux abords des principales villes. A 7h30, des points demeurent impactés en raison de la présence de manifestants aux abords des voies :
• Bollène : Accès au péage bloqué, entrée et sortie A7 impossibles.
• Orange Sud : Entrée A7 bloquée, sortie possible, barrage filtrant sur la RN7.
• Orange Centre : Entrée A7 bloquée, sortie possible.
• Avignon Nord : Entrée et sortie A7 filtrées.
• Avignon Sud : Entrée A7 bloquée, sortie filtrée.
• Avignon Réalpanier : Barrage filtrant.
• Cavaillon : barrage filtrant au rond-point Blachère.

Depuis le début de la semaine, les forces mobiles de police et de gendarmerie ont procédé au déblocage de tous les dépôts pétroliers du pays, permettant un approvisionnement normal de presque toutes les stations : il n’y a donc pas pénurie de carburant. La préfecture appelle les automobilistes à ne pas changer leurs habitudes en ce qui concerne le réapprovisionnement de leur véhicule.

A ce jour, une dizaine d’incidents (altercations entre automobilistes et manifestants , dégradations de matériel) ont été recensés, dans un contexte de tension plus important, avec en particulier des attitudes hostiles, notamment en direction des forces de l’ordre. Ces incidents feront l’objet d’un traitement judiciaire à venir sur la base des infractions qui ont été constatées depuis le début de ces événements.

Le préfet appelle chacun à faire preuve de vigilance et de calme
sur les points de manifestation afin d’éviter tout incident et rappelle la nécessité de concilier la liberté de manifestation avec la liberté de circulation, notamment pour les véhicules « prioritaires » (SDIS, SAMU, ambulances, infirmiers et médecins libéraux, urgences gaz, transfusions, transports funéraires, etc). Tout obstacle à la circulation de ces véhicules d’urgence, parce qu’il mettrait en danger des vies humaines, est passible de sanctions et poursuites.