Les outils opérationnels face à un événement de sécurité civile

Contenu

Les agents de la Préfecture formés à sauver des vies

 

Que faire si je suis témoin d’un arrêt cardiaque ? Comment venir en aide à quelqu’un qui saigne abondamment ? Avoir le bon réflexe peut sauver une vie !

Être acteur de sa propre sécurité, c’est savoir anticiper et réagir, en connaissant les bons réflexes pour ne pas être démuni face à l’urgence, quelle que soit sa nature, en toutes circonstances. Trois acteurs majeurs de la prévention des risques et de l’action de secours se sont réunis pour faire des « comportements qui sauvent » la Grande cause nationale 2016 : la Fédération Nationale des Sapeurs-pompiers de France, la Croix-Rouge française et la Fédération Nationale de Protection Civile.

Grâce à la collaboration de nombreux services de secours (Crois-Rouge, Croix-Blanche, SAMU…) trois sessions permettant d’acquérir les gestes qui sauvent, ont été organisées dans le Vaucluse en 2016 (le 27 février, le 12 et le 15 octobre dernier). Plus de 1 000 personnes ont participé à ces formations et ont pu apprendre à utiliser un défibrillateur, stopper une hémorragie, poser un garrot ou pratiquer un massage cardiaque.

Fort de l’engouement suscité, Bernard Gonzalez, préfet de Vaucluse, en partenariat avec l’union départementale des sapeurs-pompiers, a décidé d’organiser une nouvelle initiation aux gestes de premier secours à destination des agents de la préfecture.

Ainsi, mardi 13 décembre 2016, Martin Chaslus, directeur de cabinet du préfet, était à leurs côtés pour profiter de l’intervention des Sapeurs-pompiers qui ont dispensé deux heures de formation : la première théorique (sécurité, prévention, protection, alerte, conduite à tenir, position d’attente en cas de traumatisme), la deuxième pratique avec expérimentation de la compression thoracique et utilisation du défibrillateur.

A cette occasion, le directeur de cabinet, a rappelé que « la sécurité est l’affaire de tous. Le premier maillon de la chaîne de secours, c’est justement le citoyen ». Aussi, il invite le plus grand nombre à suivre une formation auprès des associations agréées et à s’informer sur le site du gouvernement.