Contenu

Le préfet de Vaucluse veille à la protection des consommateurs et de l’environnement à l’occasion de l’Aïd-el-Kébir

 

La célébration de la fête de l’Aïd-el-Kebir, qui commence le vendredi 1er septembre 2017, est un temps fort pour nos concitoyens de confession musulmane.

Pour les pouvoirs publics, il importe de concilier le profond attachement des musulmans à l’accomplissement de ce rite avec les règles de droit qui ont pour but d’assurer non seulement la protection des consommateurs et de l’environnement, mais également la protection animale.

Le Préfet de Vaucluse engage chaque année un travail de concertation étroite avec l’ensemble des partenaires impliqués.

Une réunion de travail s’est ainsi tenue dès le 31 mai 2017 entre les services de l’État, le Conseil régional du culte musulman (CRCM) PACA, les représentants des éleveurs, les communes concernées, les organismes de protection animale, les forces de l’ordre, ainsi que les établissements d’abattage pour assurer le bon déroulement de cet évènement.

Afin d’adapter l’offre à la demande de la communauté musulmane, quatre sites d’abattage, d’une capacité totale estimée à plus de trois mille ovins et une centaine de bovins, sont autorisés :

  • BEDARRIDES sur l’exploitation agricole de Monsieur GIRARDIN, Chemin des Taillades, téléphone : 06-89-89-40-04 ;
  • CARPENTRAS Les abattoirs du Sud (ovins et bovins), 627 rue Marie-Thérèse Chalon, téléphone : 04-90-63-07-94 ;
  • MONTEUX sur l’exploitation agricole de Monsieur KHAMA, 1305 Chemin de Saint Hilaire, téléphone : 06-17-61-88-30 ;
  • VISAN sur l’exploitation agricole de Monsieur DIAN, Quartier le Pont Rouge, téléphone : 06-69-52-78-22.

L’abattage rituel est interdit en dehors de tout abattoir ou site agréé.

Les agents des services vétérinaires de la Direction départementale de la protection des populations de Vaucluse, présents sur les sites durant ces jours de fête, assureront une mission d’inspection afin de garantir aux consommateurs :

  • une viande propre à la consommation,
  • le respect des règles de protection animale,
  • la traçabilité des animaux.

Les pratiques autorisées de façon unanime par les autorités religieuses, en particulier le Conseil français du culte musulman, de l’obole, du sacrifice par délégation ou encore de l’achat de viande préparée dans d’autres départements, voire dans d’autres pays, sont encouragées pour tous ceux qui n’auraient pas la possibilité de faire abattre un animal dans un abattoir agréé selon les règles sanitaires.

La situation sanitaire en Europe de l’Est et en Afrique du Nord vis-à-vis de certaines maladies rend nécessaire de limiter et contrôler les mouvements de petits ruminants dans le département de Vaucluse pour la fête de l’Aïd face au risque d’introduction et de diffusion de certaines maladies extrêmement contagieuses (nouveaux serotypes de la fièvre catarrhale ovine (FCO) et la fièvre aphteuse (FA)).
Dans le but de renforcer le respect de ces dispositions, le préfet de Vaucluse a pris un arrêté de limitation des mouvements des ovins dans le département du 16 août 2017 au 6 septembre 2017, qui rappelle par ailleurs les obligations réglementaires en matière de protection animale, transport, identification et abattage.

Des opérations de contrôle seront menées par les services de police et de gendarmerie afin de prévenir les circulations illicites et les abattages clandestins, et de sanctionner d’éventuels circuits organisés susceptibles de menacer la santé des consommateurs ou de représenter une concurrence déloyale pour les abattoirs agréés.