Contenu

Le phénomène

 


Un risque industriel majeur est un événement accidentel dans une installation localisée et fixe, qui met en jeu des produits ou des procédés industriels dangereux et qui entraîne des conséquences immédiates graves à l’extérieur de son site que ce soit pour les populations avoisinantes, les biens et/ou l’environnement.

Il peut s’agir de :

  • L’incendie de produits inflammables solides, liquides, gazeux ou de produits combustibles toxiques. Outre les effets des brûlures les substances présentes peuvent émettre des fumées toxiques asphyxiantes.
  • L’explosion de gaz ou de poussières due à la formation de mélanges réactifs qui peut avoir des effets mécaniques (du fait du souffle et de l’onde de pression) et/ou thermiques.
  • La dispersion de produits dangereux dans l’air, l’eau ou le sol, toxiques par inhalation, l’ingestion ou les contacts avec la peau.
  • La détonation d’explosifs.

Ces manifestations peuvent être associées.

Exercice : obturation d’une fuite sur une citerne (SDIS 84)

Le risque radiologique
Le risque radiologique peut résulter, notamment, de la perte de confinement d’une substance radioactive.
Le risque essentiel est localisé à proximité d’un site nucléaire (centrale, centre de traitement de déchets radioactifs…). C’est le cas des sites nucléaires de Tricastin, Marcoule et Cadarache, installations riveraines de plusieurs communes de Vaucluse (voir la rubrique Risque nucléaire).

Principaux accidents industriels mortels en France

Date Localisation Type d’accidents Victimes et dégâts
1966 Feyzin (69) Incendie et explosion des stockages de gaz de pétrole liquéfiés dans une raffinerie 18 morts, 84 blessés
1992 La Mède (13) Explosion d’une tuyauterie entraînant la destruction de la salle de commande 6 morts
1992 Berre-l’Etang (13) rupture d’une canalisation 1 blessé grave
2001 Toulouse (31) Explosion d’un stockage de nitrate d’ammonium non conforme 30 morts, plus de 2000 blessés
(SDIS 84)

Les installations qui présentent le plus de risques :

  • les industries chimiques qui synthétisent des produits chimiques de base,
  • les stockages de produits agropharmaceutiques,
  • les dépôts de gaz et de liquides inflammables,
  • les dépôts et la fabrication d’explosifs.

{{}}

En Vaucluse :
2 établissements sont classés « SEVESO seuil haut » :

  • à Sorgues :
    • CAPL (stockage et distribution de produits agricoles et dangereux pour l’environnement),
    • EURENCO (ex-SNPE - fabrication et stockage de produits explosifs, comburants et dangereux pour l’environnement).


3 établissements sont classés « SEVESO seuil bas » : Primagaz à Caderousse (stockage de gaz inflammables liquéfiés) et Études et recherches à Le Thor (stockage d’artifices), FM Logistic France à Entraigues-sur-la-Sorgue (plate-forme logistique).

{{}}

Correspondance entre l’ampleur du risque et les classements français (ICPE) et européen (SEVESO*)
Nature du risque ou de la nuisance Classement ICPE (Installation Classée pour la Protection de l’Environnement) Classement SEVESO
Nuisance ou risque assez important Déclaration Non concerné
Nuisance ou risque important Autorisation ou enregistrement Non concerné
Risque important Autorisation Seuil bas
Risque majeur Autorisation Seuil haut

* Le terme SEVESO fait référence à l’accident industriel qui s’est produit en Italie en 1976. La fuite de dioxine d’une usine chimique, qui n’a pas fait de victime sur le coup, a concerné 37 000 personnes.


Accidents importants survenus dans les établissements industriels de Vaucluse
- Sorgues :
en 1982, explosion d’une vanne contenant des résidus d’explosifs, 1 victime ;
en 1998, incendie d’un dépôt de produits agropharmaceutiques, pas de victimes ;
en 2002, explosion dans un atelier de synthèse
- Loriol, en 1999, prise en feu violente de déchets pyrotechniques, 2 blessés graves.