Contenu

Le développement des Maisons de services au public dans le Vaucluse

 

L’égalité d’accès aux services dans tous les territoires, ruraux ou quartiers prioritaires, est une priorité. La loi NOTRe a dans ce cadre confié aux préfets de départements, en collaboration avec les présidents des conseils départementaux, l’élaboration d’un schéma départemental d’amélioration de l’accessibilité des services au public dans les zones présentant un déficit en la matière.

Les maisons de services au public constituent un des outils de ce schéma, portées par le Commissariat général à l’égalité des territoires, et visent à réduire les inégalités territoriales et sociales sur le territoire.

Lieu d’accueil, d’information et d’orientation, les MSAP permettent d’optimiser la qualité des services rendus aux usagers, en offrant deux types de services : l’accueil, l’orientation et l’information d’une part, l’accompagnement de l’usager dans ses démarches d’autre part.

La Poste s’est engagée dès mars 2016 pour contribuer au déploiement de 1 000 MSAP au niveau national, via la mise à disposition de locaux et d’agents spécifiquement formés pour ce guichet unique, et en assure la gestion administrative et financière.

De nombreux services y sont proposés pour faciliter les démarches de la vie quotidienne : demande de prestations sociales ou accès à l’emploi, transports, énergie, prévention santé, accompagnement à l’entrepreneuriat, services postaux. Un ilôt numérique dédié à la consultation des services en ligne des partenaires de la MSAP est mis à la disposition des usagers.

Dans le Vaucluse, quatre établissements ont déjà été créés, à Mérindol, Maubec-Coustellet, Mormoiron, et Carpentras. Les communes de Cucuron, Sablet, la Bastide des Jourdans et Sault, sont également candidates à une ouverture d’ici fin 2016. Les trois comités de bassins d’emploi d’Apt, Carpentras et Pertuis réfléchissent par ailleurs à la mise en place de permanences itinérantes sur le territoire.

Localement, le préfet de Vaucluse joue un rôle majeur dans ce nouveau dispositif : il doit tout à la fois porter les projets de création et veiller à l’articulation et la complémentarité des outils que constituent les MSAP, en fonction des besoins des territoires et des attentes des usagers.

Cet outil est dorénavant intégré aux contrats de ruralité, qui visent à coordonner l’action publique dans les territoires ruraux, sur les plans technique, humain et financier, afin d’accompagner la mise en œuvre d’un projet de territoire.

Dominique CONCA, sous-préfète d’Apt et référent ruralité, précise à ce titre que les contrats de ruralité obéissent à la même logique que les contrats de ville. Signés pour 6 ans entre l’État et les établissements de coopération intercommunale, ils poursuivent plusieurs objectifs :

  • accessibilité aux services et aux soins
  • développement de l’attractivité
  • la redynamisation des centres bourgs
  • soutien aux commerces de proximité
  • mobilités
  • transition écologique
  • cohésion sociale

Aujourd’hui les communautés de communes du Pays d’Apt Luberon, Sud Luberon et Ventoux Sud sont intéressées par la démarche et travaillent en lien étroit avec les services de l’État à la préparation de ces contrats.