Contenu

La surveillance des massifs forestiers est l’affaire de tous !

 

La surveillance forestière estivale des massifs forestiers est assurée par des patrouilles terrestres et une surveillance aérienne. Selon le niveau de risque, actualisé chaque jour par Météo-France, un cadre forestier coordonne les patrouilles terrestres.

Le dispositif de base comprend six patrouilles assurées par des agents forestiers assermentés et cinq patrouilles armées avec 600 litres d’eau susceptibles d’intervenir rapidement sur des départs de feu.

Le financement de ce dispositif est assuré conjointement par le Conseil Général et l’Etat.

L’efficacité de cette surveillance est renforcée en été par une limitation des conditions d’accès dans les zones boisées en fonction du risque météorologique : un arrêté préfectoral, valable pour la période du 1er juillet au 15 septembre, prévoit que l’accès aux massifs forestiers de l’ensemble du Vaucluse est interdit lorsque la prévision de danger est classée en risque exceptionnel.

L’accès des personnes est autorisé seulement de 5h à 12h en période de risque très sévère dans les massifs forestiers des Monts de Vaucluse, du Luberon et des Collines de Basse-Durance. (Dans ces massifs, l’accès est prolongé jusqu’à 20h. dans des sites spécialement aménagés et surveillés).

Fermeture provisoire

Les conditions d’accès aux massifs sont disponibles journellement : consultez la borne téléphonique de la Préfecture : 04 88 17 80 00.

Une quarantaine de panneaux d’information, actualisés tous les soirs, est installée à l’entrée des voies les plus fréquentées.
Des plaquettes d’information sont distribuées au public, en partenariat avec le comité départemental du tourisme.


D’autres mesures permettent de limiter le risque "incendies de forêts" : limitation de l’urbanisation dans les massifs boisés, équipement des massifs forestiers : entretien et réalisation de pistes, points d’eau, coupures de combustible…


Le nombre de départs de feu et la faible surface brûlée chaque année démontrent l’efficacité de toutes ces mesures. Mais cela nécessite aussi une vigilance constante de chacun, promeneur ou riverain.