Contenu

L’État poursuit le renforcement des mesures d’accueil et d’hébergement d’urgence des personnes sans

 

Les modalités d’organisation de la campagne hivernale 2019-2020 ont été réfléchies avec l’ensemble des opérateurs du territoire. Le préfet du département de Vaucluse a présidé un comité de veille sociale réunissant tous les acteurs de la veille sociale et de l’hébergement d’urgence le 8 novembre 2019. L’offre existante et une offre complémentaire financée de façon exceptionnelle, pour les besoins repérés et ciblés de l’hiver, ont été renforcées.

La mobilisation par l’Etat de moyens financiers supplémentaires dédiés à l’hiver 2019.2020

Les moyens dédiés à l’ensemble de la veille saisonnière 2019.2020 s’élèvent à plus de 290 000 € et permettent :

- le renfort des moyens des accueils de jour et des maraudes, y compris de « Mobil’douche », par extension de leurs plages horaires, jours d’intervention, ou soutien à l’investissement,
- la création de 30 places hivernales, s’ajoutant aux 114 places d’urgence pérennes que compte le département (24 places pérennes supplémentaires par rapport à l’année précédente),
- l’identification, en soutien des places, de possibilités de nuitées hôtelières.

Sur la commune d’Avignon, une salle municipale pouvant accueillir 80 personnes peut être mobilisée en tant que de besoin si les capacités d’accueil ne suffisaient pas. Ce partenariat entre l’État et la Ville d’Avignon est en cours depuis 3 ans.

Par ailleurs, l’Etat et la Ville d’Avignon ont mis en place une halte de nuit, destinée à accueillir les publics qui ne font pas appel au 115 ou ne souhaitent pas d’hébergement classique. Il s’agit essentiellement d’un public masculin fortement marginalisé, parfois accompagné d’animaux, mais aussi de couples et femmes isolées. Cette halte de nuit a ouvert au mois de novembre avec le concours d’un opérateur associatif financé par l’État (278 000 € annuels) dans des locaux mis à disposition par la Ville d’Avignon.

Situation actuelle au regard des demandes d’hébergement

A ce jour, les dispositifs d’hébergement pérennes existants et les capacités supplémentaires mobilisées permettent de répondre aux demandes exprimées par les usagers. Un certain nombre de places restent encore disponibles chaque soir, de même que la possibilité de mobiliser des nuitées d’hôtels.

Les éléments de suivi produits par le SIAO ainsi que les remontées des maraudes ne font pas état de demandes de familles qui seraient sans solution d’hébergement.


L’engagement de l’État se poursuit tout au long de l’année

Les services de l’État (Direction départementale de la cohésion sociale) sont en contact permanent et étroit avec les opérateurs de la veille sociale, de l’hébergement et du logement adapté, tout au long de l’année.

Ainsi et par exemple, les démarches suivantes sont en cours :

- Présentation aux associations d’une étude sur l’accueil des animaux de compagnie en hébergement d’urgence, avec préconisation d’un accueil véritablement inconditionnel et d’une adaptation des structures et règlements intérieurs à cet accueil ;

- Préparation de la période estivale, avec financement de climatisation dans les accueils de jours qui n’en étaient pas dotés ;

- Dans le cadre du « Grenelle des violences conjugales », les services de l’État dans le département ont fait remonter à l’administration centrale les besoins du territoire en termes de création de places d’hébergement en faveur des femmes victimes de violences et de financement d’accompagnement social dédié. En fonction des financements et co-financements obtenus, un appel à projet départemental sera lancé à destination des associations et collectivités début 2020.