Contenu

Extension de la zone réglementée FCO à toutes les communes du Vaucluse

 

Le 16 novembre dernier, le Préfet de Vaucluse communiquait la liste des 65 communes vauclusiennes situées en zone réglementée dans le cadre du dispositif de surveillance de la Fièvre Catarrhale Ovine (FCO 8).

L’arrêté ministériel du 26 novembre 2015 a modifié l’arrêté du 22 juillet 2011 pour fixer les mesures techniques et administratives ; la zone réglementée est maintenant étendue à l’ensemble du département.

1. Rappel sur la maladie

La FCO est une maladie EXCLUSIVEMENT ANIMALE, virale, transmise par la piqûre de moucherons appelés culicoïdes.
Elle touche principalement les ruminants (bovins, ovins et caprins, dromadaires et ruminants sauvages).
En raison de son impact sanitaire et surtout économique, la FCO est un danger sanitaire de catégorie 1, maladie réglementée à déclaration obligatoire et gérée par l’État.

La FCO n’est pas transmissible à l’homme, ni au contact d’un animal malade ni en consommant des produits issus de ces animaux.

2. Conséquences de la classification en zone réglementée

La mise en place de cette zone réglementée a pour conséquence de limiter les mouvements des animaux d’espèces sensibles hors de cette zone vers une zone indemne.
Ces déplacements sont toutefois possibles mais ne peuvent être autorisés que sous les conditions suivantes :
* envoi vers un abattoir avec abattage dans les 24h
* ou/et vaccination préalable contre la FCO 8
* ou / et en cas d’activité vectorielle (absence ou présence de l’insecte piqueur) ou pas avec une analyse sanguine et des précautions de désinsectisation.

Les éleveurs du Vaucluse et le réseau des vétérinaires sanitaires sont tenus informés directement par la Direction de la protection des populations (DDPP) et par les associations (Groupement défense sanitaire et Fédération départementale ovine).

3. Précisions en ce qui concerne les déplacements

* Déplacement des ruminants de la zone réglementée vers une zone indemne

a) dans tous les cas, le moyen de transport doit être désinsectisé et les animaux doivent être valablement vaccinés contre la FCO 8.

b) en cas d’inactivité vectorielle (absence du cullicoide responsable de la transmission de la maladie) : les animaux peuvent sortir
- au bout de 14 jours d’inactivité (déclarée par le Ministère de l’Agriculture), à condition de détenir un résultat d’analyse PCR (recherche du viras dans le sang des animaux) de moins de 7 jours ;
- au bout de 28 jours, à condition d’obtenir un résultat sérologique (recherche des anticorps dans le sang des animaux) de moins de 7 jours. Ce test est moins coûteux.

3) en cas d’activité sectorielle, le déplacement des animaux est possible, à condition :
- en zone réglementée, de pratiquer une désinsectisation des animaux, et au bout de 14 jours de réaliser un contrôle PCR. L’examen doit dater de moins de 7 jours et être négatif.
- en zone indemne, de réaliser une désinsectisation préalable de la bergerie, un confinement des animaux, une nouvelle désinsectisation des animaux et, au bout de 14 jours, un contrôle PCR.

* Déplacement vers un abattoir depuis une zone réglementée

a) si les animaux sont sains
b) si les moyens de transport sont désinsectisés
c) si le transport vers l’abattoir est direct
d) si l’abattage est effectué moins de 24h après le déplacement

* Retour de transhumance depuis une zone réglementée

a) si les animaux sont sains
b) si les moyens de transport sont désinsectisés
c) si le transport est direct vers l’élevage
d) - en zone réglementée, s’il y a eu désinsectisation des animaux, et au bout de 14 jours réalisation d’un contrôle PCR. L’examen doit dater de moins de 7 jours et être négatif.
- en zone indemne, s’il y a eu désinsectisation préalable de la bergerie, confinement des animaux, nouvelle désinsectisation des animaux et, au bout de 14 jours, un contrôle PCR.

4. Vaccination

Seuls peuvent être vaccinés les animaux destinés aux exportations ou aux échanges avec d’autres pays de la Communauté Européenne, les animaux d’une exploitation sous APDI (arrêté préfectoral de déclaration d’infection) et les animaux de centres de sélection.

Pour les autres animaux (reproducteurs), les demandes doivent être faites à la DDPP de Vaucluse afin d’évaluer les possibilités de vaccination.